Lake City Works: offrir aux bénéficiaires une expérience de travail significative

Lake City Works - Image

L’organisme Lake City Works a été fondé en 1972 afin d’offrir aux bénéficiaires de services en santé mentale des ateliers thérapeutiques d’ébénisterie et du soutien communautaire. Près de 50 ans plus tard, il poursuit toujours cette mission en proposant une expérience de travail ainsi que des services d’éducation et d’emploi aux personnes vivant avec une maladie mentale.

En effet, des occasions d’emploi, de l’accompagnement professionnel et du soutien à l’emploi y sont offerts. L’entreprise sociale possède aussi une usine d’ébénisterie et une salle d’exposition qui embauchent ses bénéficiaires pour fabriquer et vendre des meubles et objets en bois.

Sophie Eld, directrice des opérations de Lake City Works, explique que l’organisme considère les bénéficiaires comme des “individus holistiques” qui ont des besoins particuliers auxquels il faut répondre. “Nous les accueillons là où ils se trouvent dans leur cheminement.” dit-elle. Avec son approche entrepreneuriale axée sur les bénéficiaires, l’organisme cherche de nouvelles façons de créer de la valeur en se demandant sans cesse: “Que pouvons-nous faire pour créer du travail significatif pour nos bénéficiaires?”

Les objectifs de développement durable des Nations Unies ont été élaborés en 2015 pour garantir la paix et la prospérité partout dans le monde d’ici 2030. L’un des 17 objectifs, travail décent et croissance économique, consiste en un engagement à fournir à tous les êtres humains un emploi décent et productif. Pour Sophie Eld, Lake City Works va bien au-delà de cet objectif et des critères de réussite qui y sont associés en fournissant du travail qui est non seulement décent, mais aussi positif et source de fierté.

Durant la pandémie, Lake City Works s’est adapté pour répondre aux besoins de ses bénéficiaires: l’organisme leur a proposé des services virtuels et livré de la nourriture. Il s’est également activé pour leur offrir un accès Internet, s’assurant que tout le monde avait un ordinateur portable ou un autre appareil pour rester en contact en participant à des réunions Zoom ou à des activités de divertissement. De plus, il a séparé les bénéficiaires de l’atelier d’ébénisterie en deux quarts de jour, permettant à tous et toutes de continuer à travailler en sécurité dans le contexte de la COVID-19.

Selon Mme Eld, la pandémie a augmenté la demande pour les biens et services ainsi que les entreprises socialement responsables, car la population a pu constater les bienfaits de la solidarité et l’importance de l’entraide. Elle s’attend à voir plus d’entreprises de ce type émerger à l’avenir, à mesure que les gens se rendent compte que celles-ci constituent une option de rechange viable à la conduite traditionnelle des affaires.

“L’entreprise sociale est un véhicule vraiment intéressant pour apporter des changements et proposer des solutions compétitives, dit-elle. Les gens pensent souvent que les entreprises s’occupent des affaires, tandis que les organisations à but non lucratif s’occupent de l’aide. Notre organisation à nous aide les gens en proposant des solutions à la fois viables et commercialement solides.”

 

“La mission de Lake City Works consiste à donner aux gens les moyens d’être eux-mêmes et de s’épanouir – ce à quoi tout le monde sur la planète devrait avoir accès, affirme Sophie Eld. Les entreprises sociales sont un bon véhicule pour y parvenir.”