Placemaking 4G

Avant de connaître ce projet, je n’avais jamais été mise en contact avec une entreprise sociale… ni même n’avais entendu parler de ce type d’organisation. Mais après avoir passé quelque temps à discuter avec Matt Thompson, cofondateur de Placemaking 4G, une entreprise sociale locale de recrutement à Halifax , j’en savais déjà plus. J’ai tout de suite été inspirée par l’amour et l’implication dont fait preuve cette compagnie qui souhaite rendre sa communauté meilleure, ainsi que par sa volonté d’offrir des occasions d’emploi aux jeunes adultes, principalement ceux de groupes marginalisés.

Placemaking 4G est née de la rencontre de trois personnes qui voulaient changer le monde et qui ont mis leurs efforts en commun pour le faire. À l’instar du cofondateur Bradley Daye et de la cofondatrice Lauren Sears, Matt Thompson évoluait auparavant dans le domaine de la comptabilité et de la finance et pensait trouver sa motivation en visant le succès en affaires.

Les trois collègues ont remarqué que le nombre de jeunes adultes aptes au travail dans leur province diminuait et que l’importante migration des jeunes vers d’autres provinces empêchait les employeurs de recruter de nouveaux talents. Le groupe a trouvé une profonde motivation dans le rapport Ivany, qui montrait que l’exode des jeunes se produisait depuis des décennies.

Placemaking 4G a donc été fondée en imaginant un avenir prospère pour la Nouvelle-Écosse. Le trio souhaitait éveiller le désir d’action et la quête de sens chez les recruteurs et recruteuses comme chez le personnel. Seule entreprise d’intérêt communautaire du Canada atlantique, Placemaking 4G doit réinvestir 60 % de ses bénéfices dans la communauté, ce qui montre bien à quel point Matt et ses collègues sont eux-mêmes passionnés par la mise en œuvre de leur objectif.

Pour les trois collègues, réinvestir dans la communauté est une façon de rester fidèles à leur idéal. À ce jour, Placemaking 4G a placé des dizaines de personnes dans des organisations en Nouvelle-Écosse et en Ontario, dont plus de 60 % proviennent de groupes marginalisés : un élément très important selon Matt Thompson.

L’entreprise a travaillé avec Efficiency Nova Scotia, les bibliothèques d’Halifax et Habitat pour l’humanité, et elle a placé des individus dans des postes variés allant de l’emploi administratif au rôle de PDG. Plus récemment, elle a acheté des tablettes pour des enfants d’Uniacke Square, un quartier constitué de logements sociaux.

« On leur avait dit de faire l’école à la maison, mais ce n’était pas possible pour ces élèves, parce qu’ils n’avaient pas les appareils à leur disposition ».

Les Nations Unies ont énoncé 17 objectifs de développement durable devant servir de « plan directeur pour parvenir à un avenir meilleur et plus durable pour tous ». Placemaking 4G s’aligne de toute évidence sur ces objectifs, car l’entreprise est enthousiaste à l’idée de provoquer le changement et d’assurer l’égalité des chances sur le marché du travail, en plus de vouloir encourager sa communauté à prospérer et à se responsabiliser face à l’exode des jeunes.

Forte de cet engagement envers sa province, Placemaking 4G souhaite placer des candidates et candidats potentiels dans des emplois assortis de bonnes conditions de travail, au sein de milieux sains et progressistes. L’entreprise répond ainsi aux exigences du huitième objectif de développement durable des Nations Unies, qui vise à assurer un travail décent et la croissance économique.

Comme mentionné précédemment, Placemaking 4G est préoccupée par l’exode des jeunes et veut s’assurer qu’il y du travail décent pour tout le monde dans la province. Avant de placer un individu chez un employeur, Placemaking 4G effectue toutes les vérifications préalables. Elle fait aussi des recherches sur les entreprises avant de recruter des personnes pour y travailler.

Placemaking 4G s’est également associée au gouvernement fédéral pour l’aider à moderniser ses politiques de recrutement.